B 2847 HOCHE

dans Bateaux de pêches/Etaples

Notations

Moyenne des notes
8.8/10

Reportage photos sur l’ancien chalutier Etaplois B 2847 HOCHE lancé en 1956 en Bretagne et acquis d’occasion en 1960 par Emile Margollé dit « Cayot ou Mimile le Hoche) avec lequel il navigua jusqu’en 1966 avant d’être revendu à Dieppe.

B 2847 HOCHE ex CC 3493 HOCHE, superbe et grand Chalutier classique pour l’époque avec gaillard d’avant, construit en bois pour pratiquer la « pêche latérale » et faisant 22m de long sur 6m44 de large, creux 3m06, moteur Sulzer de 200cv d’origine puis deux moteurs Baudouin jumelés de 150 cv chacun par la suite, signe indicatif international TPQB, jauge brute de 82,31 tonneaux.

Le chalutier HOCHE est dessiné par l’architecte Pierre Lancien, construit en 1955 et lancé le 30 janvier 1956 au chantier SCEN de Lanriec à coté de Concarneau dans le Finistère en Bretagne pour un patron armateur Concarnois nommé Jules Dréan. Sa coque sera peinte toute en blanc à son lancement.

Le HOCHE démarre sa première marée début mai 1956 en pratiquant la pêche au chalut de fond au large des côtes Bretonnes en Atlantique pendant quatre années jusqu’à sa vente d’occasion à Boulogne sur mer le 2 juin 1960 au patron de pêche Etaplois Emile Margollé dit « Cayot » résidant rue Codron-Carlu à Etaples sur mer. Celui ci naviguait auparavant sur le chalutier classique en bois B 2823 LA GRANDE BLEUE qu’il avait acquis d’occasion en Bretagne en septembre 1959 et qui fit malheureusement naufrage après son échouage sur une plage près de Calais seulement huit mois plus tard le 29 avril 1960 en faisant hélas deux victimes (Michel Lamour agé de 15 ans et Victor Fournier agé de 42 ans) sur les sept hommes d’équipage présents à bord ce jour là.

Le HOCHE est rattaché au quartier maritime de Boulogne sur mer le 7 juin 1960 et garde son nom d’origine qu’il avait lors de son lancement quatre ans plus tôt. Le navire est baptisé par le père Dominique de la mission de la mer entouré par toute la famille et l’équipage présent lors de cette cérémonie. A noter le gaillard d’avant d’origine assez imposant et massif sera enlevé (voir photos) et refait plus petit et moins haut pour une meilleure vision sur l’avant au niveau de la passerelle et la coque blanche à l’origine sera repeinte en noir lors de travaux effectués lors d’un futur carénage du navire.

Le HOCHE et son équipage démarrent l’exploitation du navire en débarquant et vendant leurs pêches en criée de Boulogne sur mer. Le HOCHE pratiquera la pêche au chalut-boeufs en couple avec le chalutier B 2866 COTRIADE de Raymond Margollé. Après 6 années d’exploitation sur Boulogne, Emile Leprêtre décide de vendre son navire, celui ci est acquis d’occasion le 13 décembre 1966 par Mr Fourmantin armateur résidant à Neuville-Les-Dieppe qui fait immatriculé son navire le 28 décembre 1966 au quartier maritime de Dieppe et le renomme MA CHARLOTTE DI 1744.

Celui-ci continue sa carrière à la pêche commencée 10 années auparavant en Bretagne sur les côtes de la Manche mais ne naviguera que pendant une courte période sur Dieppe. D’après Philippe Becquelin, il aurait peut-être été vendu en Grande Bretagne par la suite mais sans certitude!!!

A noter Emile Margollé patron de pêche Etaplois des deux chalutier LA GRANDE BLEUE et par la suite du HOCHE embarqua après la vente de son 2ème navire sur le chalutier ENIZAN puis par la suite sur le SYLVIE-LYDIE de Lucien Caloin avant de s’en aller travailler à l’étranger au Sénégal à Dakar. Il rentra finalement en France pour terminer sa carrière dans la marine marchande dans les ferrys, il décéda malheureusement assez jeune en septembre 1988.

Mots clés :

  1. Bonjour monsieur
    Je suis une des petites filles d Emile Margollé. Et je viens de lire l article sur le hoche et la grande bleue, bateaux dont j entendais parler quand j etais plus jeune.
    Et cela m a fait plaisir de vous lire.
    J ai en ma possession un tableau représentant le hoche.
    Merci en tout cas de ces articles
    Cordialement
    Karine Merlin

  2. Bonjour Karine,

    Merci beaucoup pour votre témoignage bien sympathique 😉
    Je transmets également votre commentaire à Jean-Marc RAMET qui a réalisé ce reportage.
    Et si vous souhaitez faire partager aux lecteurs une photo de votre tableau, n’hésitez pas, elle sera la bienvenue !

    Au plaisir !

Répondre à Merlin karine Annuler la réponse

Your email address will not be published.

*

Dernières publications dans Bateaux de pêches

0 0,00
Go to Top